Rapports de recherche: approches tenant compte des traumatismes et de la violence

Building Connections: Supporting Community-Based Programs to Address Interpersonal Violence and Child Maltreatment Using Relational, Trauma-Informed Frameworks / Soutenir les programmes communautaires pour remédier à la violence interpersonnelle et à la maltraitance des enfants par le biais de cadres relationnels tenant compte des traumatismes

Date : 25 janvier 2021 | 13 h 00 – 13 h 20 (HNE)

Inscription : https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=TaaTrQ2tzU6y_eU84VllvgrCP0ybY5dChWtZUt2y9ZpUOTdaQTNLVjhVVVlWTzNDUUtOMEZPRzdIRS4u

Description

Le but de Building Connections constituait à renforcer la capacité des prestataires de services des projets communautaires PACE/CPNP/ AHSUNC dans l’ensemble du Canada, afin de déceler la violence familiale et d’y remédier en valorisant les approches relationnelles tenant compte des traumatismes. Pour y parvenir, Building Connections a cherché à : 1) sensibiliser les plus de 800 projets PACE/CPNP/AHSUNC à divers moyens capables de soutenir effectivement les mères et les enfants confrontés à la violence interpersonnelle; et 2) évaluer la diffusion d’une intervention sur la violence interpersonnelle destinée aux mères au sein de 34 projets PACE/CPNP/AHSUNC disséminés dans tout le Canada. Les résultats quantitatifs et qualitatifs ont été mesurés pour le personnel de ces projets communautaires, les animateurs habilités de Connections et les mères ayant participé à l’intervention.  

Objectifs d’apprentissage:  

  • Les participant.e.s se familiariseront avec les principales conclusions pour le personnel des projets communautaires, les animateurs habilités et les mères, en ce qui a trait à la recherche sur l’implantation de Connections au sein de projets communautaires répartis dans tout le Canada.
  • Les participant.e.s comprendront l’importance des approches collaboratives relationnelles, tenant compte des traumatismes et intégrées pour travailler avec les mères et les jeunes enfants exposés au risque de violence interpersonnelle.

Margaret Leslie, DipC.S., C.Psych. Assoc.

Margaret-Leslie-photo_resized.jpgMargaret Leslie est directrice des services aux enfants et à la famille au sein de la Canadian Mothercraft Society. Au cours des 35 dernières années, son expérience clinique s’est étendue aux domaines des services de prévention et d’intervention précoce auprès des familles et des jeunes enfants vivant des situations à risque. Elle a joué un rôle essentiel dans la création et l’implantation du programme de Mothercraft, Breaking the Cycle (Enrayer le cycle), un projet d’implantation PACE/CPNP, considéré par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime comme un programme de pratique exemplaire de service aux femmes enceintes et aux mères ayant des problèmes de toxicomanie et à leurs enfants, et avec lequel il a collaboré pour offrir Building Connections. Elle a dirigé la réplication de Connections à l’échelle nationale par le biais de l’intervention tenant compte des traumatismes Breaking the Cycle, à l’intention des mères et des enfants confrontés à la violence interpersonnelle.

Mme Leslie est coprésidente communautaire du Infant Mental Health Promotion (IMHP) et membre de la commission d’experts de l’ETCAF de la province de l’Ontario. Elle a reçu le National Harm Reduction Award for Excellence in Mental Health and Substance Use Programming (Prix national d’excellence sur la réduction des effets nocifs dans le domaine des programmes en santé mentale et en toxicomanie) le Elizabeth Manson Award for Community Service in Children’s Mental Health (Prix Elizabeth Manson pour les services communautaires en santé mentale des enfants) en 2013, et le City of Toronto Public Health Champion Award (Prix du champion en santé publique de la ville de Toronto) en 2014.

Mme Leslie est membre de l’Ordre des psychologues de l’Ontario.

Mary Motz, Ph.D., C. Psych. (elle)

MMotz-photo_resized_5.jpgMary Mot est psychologue clinique au sein du programme Breaking the Cycle (BTC) de Mothercraft à Toronto et membre auxiliaire du corps professoral du département de psychologie à l’Université York. Après avoir obtenu son diplôme de psychologie clinique et du développement de l’Université York, elle a travaillé comme psychologue clinique auprès de bébés, de jeunes enfants exposés à des problèmes d’adaptation dus à la consommation de substances de leur mère, des troubles de santé mentale, des traumatismes, de la violence interpersonnelle, de la discrimination systémique et de la pauvreté, en intervenant également auprès des mères.

Mme Motz a dirigé l’évaluation de programme et la recherche à BTC et a supervisé des étudiants dans leur recherche et leur pratique clinique. Elle est coauteure de nombreux articles universitaires et de rapports techniques, et elle a offert des formations à l’échelle nationale et internationale dans le domaine de la promotion du développement sain, de l’évaluation des troubles du spectre de l'alcoolisation fœtale et des interventions tenant compte des traumatismes pour les familles dont les bébés ou les jeunes enfants ont des besoins complexes. Ses recherches portent principalement sur les mécanismes employés par les mères exposées au risque pour améliorer leur vie et celles de leurs bébés et jeunes enfants. 

 


PEACE, ou Éducation par les pairs et interactions grâce à l’autonomisation

Date : 28 janvier 2021 | 13 h 00 – 13 h 20 PM (HNE)

Inscription : https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=TaaTrQ2tzU6y_eU84VllvgrCP0ybY5dChWtZUt2y9ZpUNFdLRUJSNjc1U1hWTFIxODVOWlBVRDhaUy4u

Le projet Peer Education and Connection through Empowerment (PEACE, ou Éducation par les pairs et interactions grâce à l’autonomisation) a créé un programme pédagogique tenant compte des traumatismes et des activités de groupe animées pour renforcer la résilience et promouvoir la santé des jeunes qui s’identifient comme femmes et qui ont été confrontées à la violence fondée sur le genre. Cette présentation résumera l’impact du projet.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Les participants apprendront les enseignements tirés du projet PEACE et son impact sur la santé et le bien-être des jeunes qui s’identifient comme femmes et son confrontées au sans-abrisme et à la violence fondée sur le genre (VFG).
  2. Les participants se familiariseront avec la conception de l’étude, ainsi que ses forces et limitations.  

 

Biographies

officepicture_KASIA.jpgKasia Ignatowska est coordonnatrice en matière de promotion de la santé au sein du projet PEACE. Sa collaboration avec les mentors, les participants et les partenaires communautaires s’est trouvée au cœur de la création et de l’implantation de chaque groupe communautaire. Le fait d’avoir placé au premier plan l’autonomie, les expériences de vie, les étapes de la guérison et l’éducation traditionnelle a permis d’harmoniser la dynamique de groupe, tout en entretenant une culture ouverte à la croissance. Avant d’occuper son poste à la Covenant House de Toronto, Kasia a travaillé dans ses premières années dans les domaines résidentiel, de la sensibilisation, de la psychiatrie pour les enfants et les jeunes, de la déjudiciarisation et des refuges d’aide aux femmes victimes de violence. Kasia possède un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia, un diplôme en travail spécialisé auprès des enfants et des jeunes du Collège Humber et un baccalauréat en travail social de l’Université York.

ali_resized.jpgAli Bani-Fatemi, MSc, PhD est stagiaire postdoctoral au Centre de toxicomanie et de santé mentale. Il possède de l’expérience en psychiatrie moléculaire et s’est consacré pendant un certain temps aux études sur le suicide dans le domaine de la schizophrénie. Au cours de ses études de deuxième et de troisième cycle, il s’est spécialisé dans la génétique (études d'association pangénomique, séquençage de prochaine génération, analyse sur puces, études de gènes candidats, analyses CNV) et l’épigénétique, ainsi que dans les sciences statistiques et informatiques.